Le temps de Jeu des Français en TOP 14 : 2015-16

Le Top 14 a Repris ses droits, comme je l'avais initié l'an dernier sur Twitter, je vais humblement tenter de mettre en parallèle le temps de jeu des joueurs Français et l'évolution du XV de France.

Pour sortir des statistiques habituelles, et des outils officiels (types JIFF) peu révélateurs de ce qu'apporte (ou pas) le Top 14 au XV de France, je vais tenter de faire émerger certaines tendances pour voir si l'évolution du rugby Français et Européen permet de remettre l'équipe nationale au centre de l'échiquier rugbystique Français.

Pour cela le premier focus sera un débriefing de l'année écoulée, année particulière car tronquée par la Coupe du Monde, et le terrible constat que le XV de France est tombé à son niveau le plus inquiétant depuis l'avènement du professionnalisme.

Donc pour effectuer ces statistiques sur le temps jeu, nous ne considérerons dans la base de données, que les joueurs Français, ou étrangers ayant déjà été sélectionnés avec le XV de France. De ce fait, les joueurs Français ayant fait le choix d'une sélection étrangère ne sont pas comptabilisés. N'y voyez aucun jugement de valeur simplement la volonté de mettre en avant le temps de jeu des joueurs faisant le choix du XV de France.

Le temps de jeu accordé aux joueurs "Français" ou "Internationaux Français"

On peut supposer que le contexte post-Coupe du Monde fausse quelque peu les chiffres, nous verrons cela en comparant aux stats de cette saison. Néanmoins des nombreux Jokers-CDM, peu de ceux qui ont réellement joué pendant cette periode sont repartis, beaucoup ont rebondi en finissant la saison dans des clubs de l'élite Française.

La première évidence, est que ce classement est incroyablement disparate, avec des écarts faramineux, du simple au double entre le Stade Toulousain et le MHR.

La seconde est plus intéressante, c'est que, des 5 clubs accordant le plus de temps de jeu aux joueurs Français, 4 d'entre eux se sont qualifiés pour les phases finales (dont le champion) et que le 5ème était champion en titre.

En effet si les deux autres qualifiés sont les clubs utilisant le moins de joueurs Français, cette statistique vient en opposition au sempiternel argument de certains dirigeants de club arguant que "la course à l'armement" (souvent) sudiste est la seule solution pour remporter des titres.

De même, les statistiques de temps de jeu permettent de mettre en lumière l’inefficacité du système JIFF, système complètement perverti depuis sa mise en application. En effet comme justifier de l'utilité de ce système quand :

- La Section Paloise accorde 42% de temps de jeu aux Français mais propose 57% de JIFF par feuille de match

- Le Rugby Club Toulonnais accorde 40% de temps de jeu aux Français mais propose 65% de JIFF par feuille de match

- Le MHR accorde 32% de temps de jeu aux Français mais propose 52% de JIFF par feuille de match

Plus globalement près de 45% des équipes du Top14 donne plus de temps de jeu à des joueurs étrangers ou inéligibles à l'équipe de France quand ils atteignent tous le quota JIFF pour la saison 2015-16, quota de 12 JIFF/feuille de match de moyenne (soit 52%).

La règle des JIFF est donc d'une inefficacité évidente si l'objectif était de favoriser l'utilisation des joueurs français et le redressement du XV de France.

Le temps de jeu accordé aux joueurs "Français" de moins de 25 ans, et aux internationaux Français

Le nombre de joueurs et jeunes utilisés :

Ce nombre révèle également l’échec du système JIFF, en effet, si l'on compare Toulouse qui est le club donnant le plus de temps de jeu aux Français, à la Section Paloise, à Grenoble, voire à Toulon, on se rend compte que tous ont coché autant de noms différents (à 2 joueurs près) mais que la différence de temps jeu est énorme !

C'est encore plus criant si l'on se penche sur l'utilisation des Français de moins de 25 ans, je vous laisse vous faire votre opinion en comparant le % de temps de jeu des jeunes et le nombre de jeunes utilisés dans certains club.

Sans vouloir vous gaver de chiffres que vous découvrirez seul dans ces infographies, Quelles interprétations en faire ?

La première, pour de nombreux clubs, les joueurs Français et encore plus les jeunes servent souvent de faire-valoir dans des matchs que nous appelleront des impasses (on ne risque rien de la part de la LNR ici), ou pour rentrer en fin de match en cas de nécessité extrême. Cela présente l'avantage de ne pas être sanctionné par la ligue mais détruit littéralement le potentiel de jeunes qui jusqu'à 25 ans ne progresse jamais plus vite qu'avec du temps de jeu.

La logique court-termiste de l'entreprise qu'est aujourd'hui le club de Top 14, empêche certains de se projeter vers l'avenir. On nous répète qu'il est moins cher de prendre un bon étranger qu'un Français moyen. Permettez moi de douter, non pas de la logique financière, mais de la cohérence sportive. Je ne pense pas que prendre dans son effectif des joueurs Français parce qu'on y est obligé soit une solution, en revanche il est de la responsabilité des clubs d'assurer la post-formation et de donner du temps de jeu aux jeunes. S'ils n'ont pas la possibilité de le faire en interne, l’égoïsme primaire qui consisterait à conserver un jeune pour remplir le quota JIFF plutôt que de l'envoyer en prêt dans des clubs de PRO D2 qui n'attendent que ça est honteux. D'autant plus honteux que ceux qui justifient le recrutement de joueurs étrangers par le rapport qualité/prix vis à vis des français sont les mêmes qui n'assurent pas la post-formation des jeunes et par conséquent les rendent moyens.

Que les choses soit claires, non les joueurs étrangers (hors stars internationales) qui arrivent en France ne sont pas meilleurs que les Français, ils ont juste eu une formation complète et du temps de jeu dans les compétitions locales.


RECENT POSTS
SEARCH BY TAGS
Pas encore de mots-clés.
ARCHIVE
  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
Tout mes articles sont réalisés sans volonté de jugement, avec le plus d'impartialité possible mais certainement aussi, avec des écrits partisans et des émotions personnelles, inhérents à la passion qu'engendre ce sport.