Le temps de Jeu des Français en TOP 14 : 2016-17

Introduction définissant la base statistique

Pour effectuer ces statistiques sur le temps jeu, nous ne considérerons dans la base de données, que les joueurs Français, ou étrangers ayant déjà été sélectionnés avec le XV de France. De ce fait, les joueurs Français ayant fait le choix d'une sélection étrangère ne sont pas comptabilisés. N'y voyez aucun jugement de valeur simplement la volonté de mettre en avant le temps de jeu des joueurs faisant le choix du XV de France.

Le constat

La moitié de la saison s’est écoulée et nous sommes donc à l’équilibre quasi parfait par rapport à l’an dernier, le pourcentage de temps de jeu accordé aux joueurs Français était de 51.8% l’an dernier (sur l’ensemble de la saison) pour 51.9% après 13 journées cette saison. Il faut simplement prendre en compte que la Coupe du Monde avait boosté le temps de jeu des jeunes Français en début de saison avant que l’effet ne s’estompe en deuxième partie de saison.

Nous tirerons évidemment les conclusions en Juin mais il semblerait que nous soyons dans une impasse systémique, lorsque l’on augmente le nombre de JIFF par feuille de match de 16% et que le temps de jeu global ne bouge pas…

On retrouve le même « trio de tête » que la saison dernière même si l’objectif n’est pas de distribuer les bons et les mauvais points. Un podium aux facettes bien différentes. Le Stade Français est en bout de course, ses joueurs Français, grands artisans du dernier titre (notamment derrière) sont partants aujourd’hui après avoir été perdus suite au départ de Jeff Dubois. L’ASM a pris le pari de miser sur des internationaux Français confirmés et rompus aux joutes du Top14 ayant fait leur gamme ailleurs pour intégrer petit à petit les jeunes des centres de formations. Le Stade Toulousain est en reconstruction autour de ses jeunes (et de ceux des autres aussi), privilégiant le non remplacement de 100% des cadres proches de la retraites pour augmenter le pouvoir d’achat des espoirs de la région.

A noter la belle progression des Coujous et du RCT (même s’ils restent en dessous des 50%) et le joli score de l’Aviron, chose assez rare chez un promu.

Préoccupations

La préoccupation principale, hormis le temps de jeu global évidemment, est le ratio très important dans certains clubs entre le % de temps de jeu de Français et % de JIFF par feuille de match. En effet s’il y a une grosse différence c’est qu’il y a une industrialisation des processus de perversion du système JIFF par les clubs, donc une volonté à court et moyen terme de contourner le système sans que cela n’apporte rien de bénéfique au XV de France. Cette différence peut être engendrée par différentes causes voulues ou subies ; quelques exemples :

  • Le MHR : 37% de temps de jeu pour 57% de JIFF : à Montpelier le ratio est important et résulte d’une stratégie organisée. Elle était basée sur le recrutement de jeunes étrangers (souvent Sud-Af) signant des contrats espoirs qui n’entre pas dans le quota des non-JIFF : Du Plessis, Van Wyk, Van Rensburg, Immelman, Wright etc… Et avec des GeorJIFF, des Géorgiens formés en France : Bazadze, Nariashvili, Mikautadze.

Néanmoins nous verrons leur stratégie l’an prochain, la règle sur les Espoirs changera à partir de 2017-18.

  • La Section Paloise : 40% de temps de jeu pour 59% de JIFF Alors il y a différents cas, ceux des JIFF représentants un autre pays et avec pour certains un temps de jeu important : Armitage, Vatubua, Malié, Boutaty et Pierce. Mais aussi des espoirs recrutés dans le même but que précédemment : Sclavi, Tierney, Habel-Kuffner.

  • Le RCT : 48% de temps de jeu pour 65% de JIFF. Pas d’innovation par rapport aux deux précédents, une volonté manifeste de recruter des espoirs étrangers pour qu’ils ne rentrent pas dans le décompte cette saison (Muller) ou qu’ils deviennent JIFF (Alkhazashvili, Cramond, Davies) et puis ceux qui ont déjà leur visa JIFF/LNR : Chilachava et Tuisova.

  • L’ASM : 61% de temps de jeu pour 75% de JIFF. Oui on peut être l’un des pourvoyeurs principaux du XV de France et être un exemple intéressant des dérives du système. Clermont a une philosophie intéressante avec des FidJIFF made in Nadroga : Nakaitaci, Yato et Raka, et Fernandez dont on ne sait pas trop comment il est arrivé là, vu son talent et la structuration du rugby Argentin. Sur ces 4 jeunes JIFF qui trustent les feuilles de matchs en Top 14 et expliquent l’écart vu ci-dessus, l’un a choisi son pays d’adoption (Nakaitaci), l’un son pays de naissance (Yato), et les deux autres feront sans doute l’objet d’une bataille de fédérations puisqu’ils évoluent ……. Aux postes sinistrés du XV de France ! Il ne serait pas étonnant de voir Patrick Fernand (Bernie francisera les noms des joueurs étrangers, c’est l’engagement 45) revenir dans les discussions d’ici 2 ans au poste d’ouvreur !

Si les stats et les infos sur les JIFF vous interessent : un seul site : ALL RUGBY

Le temps de jeu par poste

Avant d’énoncer différentes propositions, poussons un peu plus loin l’analyse pour évacuer un argument, non la formation française n’est pas catastrophique, elle est évidemment perfectible mais elle reste dans les standards.

On voit donc que les postes en difficulté au niveau du temps de jeu sont également ceux pour lesquels le XV de France souffre actuellement. Le plus criant étant le poste de pilier droit où les Français n’ont même pas 40% de temps de jeu, celui de 2ème ligne, d’ailier voire de second centre (mais compliqué de dissocier 12 et 13 vu la « polyvalence » des centres de Top 14).

Pourquoi je réfute l’argument de la formation ? Simplement parce que les postes cités ci-dessus sont les postes les plus exigeants physiquement et athlétiquement, ceux pour lesquels les joueurs arrivent à maturité le plus tard. Hors le système professionnel Français n’accorde pas le temps nécessaire au développement progressif des jeunes, l’exigence de résultats entraine donc des recrutements extérieurs sur ces postes spécifiques.

Le problème c’est que les signaux de fumée annonçant cette défaillance sur certains postes existent depuis bien longtemps.

Replongeons-nous une bonne quinzaine d’année en arrière, alors que LNR se développe, le professionnalisme s’organise et le sélectionneur de l’époque commence à développer une pratique que lui-même souhaiterait ralentir voire éradiquer aujourd’hui : l’appel des joueurs étrangers en Equipe de France pour palier à certains déficits du rugby français. A l’époque ces joueurs se nomment Pieter de Villers (Pilier Droit), Steven Hall et Legi Matiu (2ème voire 3ème ligne), Tony Marsh et Bryan Liebenberg (centres). Des joueurs évoluant à des postes toujours, et de plus en plus, en souffrance aujourd’hui.

Autres exemples que la formation n’est pas forcément en cause :

  • L’ASM qui recrute ces deux dernières années un Bok et un Wallaby chevronnés alors que trois jeunes Français de moins de 25 ans se partagent le temps de jeu en Top 14 voire en Equipe de France depuis 18 mois pour deux d’entre eux et bientôt pour le 3ème (Iturria)

  • Le Stade Toulousain qui, il y a deux ans en désespoir de cause (blessure et suspension) lance Dorian Aldegheri en phase finale, pilier droit avec 20 minutes en pro à 21 ans et en partance pour Carcassonne, qui en une mi-temps, convaincra tout le monde de le prolonger et de construire l’avenir avec lui. Pour les piliers droits on souhaite la même chose aux deux espoirs du RCT et de l’ASM Setiano et Simutoga qui pointent la truffe en Top 14.

Des solutions alternatives.

En bel utopiste, je pense que les présidents et entraineurs Français préfèreraient ne faire jouer que des joueurs Français et formés localement, donc pour moi c’est le système en globalité qui provoque les carences à certains postes. Hors on n’améliore pas un système avec de l’interventionnisme de la part des instances dirigeantes, encore moins avec des sanctions financières quand des astuces pour détourner le dit système existeront toujours.

Je vais prendre pour exemple le championnat Anglais, seul à posséder le même système que le nôtre et auquel nous nous comparons en Coupe d’Europe pour établir le niveau des clubs.

Donc le premier problème que ni Paul Goze avec les JIFF ni Bernard Laporte avec son engagement des 5 joueurs non sélectionnables en EDF ne pointent, c’est qu’il y a trop de clubs. En effet dans les deux divisions professionnelles (j’exclue volontairement la Fédérale 1), la France possède 6 clubs de plus que les Britons, 6 clubs cela signifie plus de 200 joueurs professionnels supplémentaires.

Je suis pour réduire à 12 les deux divisions, voire à laisser le marché des transferts se réguler tout seul, sans contrainte, avec une réduction du nombre de contrat professionnel, l’inflation des salaires des joueurs JIFF/Français cessera, et le niveau du championnat augmentera. Cette mesure pourtant évidente fait peur aux instances, car moins de matchs, c’est moins droits TV, un a priori que chaque personne ayant des responsabilités commerciales connait. Pour continuer l’analogie avec l’entreprise, les commerciaux considèrent comme Paul Goze et Bernard Laporte, que lorsque l’on réduit leur portefeuille, leur Chiffre d’Affaire diminue, alors que dans 90% des cas, le CA augmente parce que ce portefeuille est mieux traité. Et le Top 14/la Pro D2 gagneront en qualité avec moins de matchs, et des équipes dans lesquelles les supporters se retrouvent.

De plus, contrairement aux Celtes, à l’hémisphère Sud voire aux Anglais aucune équipe ne peut prendre le pari de construire sur plusieurs saisons. En effet avec 6 qualifiés pour les phases finales et deux relégations, on en arrive comme en 2014-15 à avoir un écart de moins de 10 points entre un relégué et un qualifié pour la Coupe d’Europe. Evidemment c’est bien pour le suspens mais cela oblige les présidents à une vision à court terme et qui ne favorise pas le développement des jeunes.

Donc si le système actuellement mis en place par la LNR est inefficace, celui proposé par la FFR le sera tout autant et avec les mêmes effets pervers d’inflation des salaires, mais avec une régression du niveau général si rien ne bouge ailleurs que dans les textes imposant des quotas restrictifs aux clubs.

#rugby #top14 #Recrutement #Premiership #Top14

RECENT POSTS
SEARCH BY TAGS
ARCHIVE