Le Bilan du Tournoi : Les Flèches


Télécharger l'infographie en PDF

Les Ailiers

Les « autres »

  • Yoann Huget : (5 apparitions dont 1 comme titulaire) : 59 mètres parcourus, 5 défenseurs battus, 0 offload, 16 courses avec ballon, 6 placages réalisés, 0 placage manqué, 2 ballons gagnés, 0 pénalité concédée

  • Djibril Camara : (1 apparition) : 0 mètre parcouru, 0 défenseur battu, 0 offload, 0 course avec ballon, 2 placages réalisés, 0 placage manqué, 0 ballon gagné, 0 pénalité concédée

Le Bilan des Français :

Le duo qui s’était détaché lors de la tournée de Novembre fut reconduit pour ce tournoi. Virimi Vakatawa, qui a raté un match sur blessure, n’avait, avant ce tournoi que 3 rencontres dans les jambes, celles de la tournée. En effet après les JO et jusqu’au tournoi il n’avait pas disputé de tournoi du circuit mondial à 7, il s’était « contenté » de travailler individuellement ses faiblesses et sa VMA à Marcoussis et cela s’est ressenti. Très en jambes, il est l’ailier qui parcourt le plus de mètres par match du tournoi, beaucoup de ballons touchés et de défenseurs battus, néanmoins il a semblé manquer de repères, comme perdu dans la ligne défensive, faisant des choix moins bons qu’habituellement pour faire jouer après lui etc… Son talent n’est pas remis en cause évidemment, il est un danger permanent balle en main mais pour être un grand finisseur, pour sentir les coups et anticiper les mouvements de ses partenaires et adversaires il doit jouer. Il fut meilleur l’an dernier (dans un tournoi pourtant moins réussi collectivement) mais en ayant fait deux tournois de 7’s avant les 6 nations, ce n’est pas le même sport mais ça permet d’être sur le terrain, de garder le rythme, d’être dans le bon timing de course et de passe etc… Individuellement l’ancien joueur du Racing est un monstre c’est indiscutable, mais les coachs peuvent lui faire autant de théories et d’exercices individuels qu’ils veulent à Marcatraz, pour gommer ses défauts il lui faut de la pratique, il faut qu’il joue. Contrat fédéral, joker médical, prêt sur une période définie, ou qu’il atterrisse il faut qu’il soit sur le pré à XV, qu’il ait des entraînements collectifs réguliers, des séances vidéos etc… Un tournoi assez décevant même si statistiquement il reste correct.

Noa Nakaitaci, éloigné de l’équipe de France après des performances en demi-teintes sous PSA, qui lui avaient mis le moral au plus bas et terni ses performances Clermontoises, il est revenu par la grande porte. Éblouissant dans le jeu et à l’approche de la ligne (2ème marqueur d’essai français du Top 14 en seulement 9 titularisations), pour son retour il attaque d’entrée face aux Australiens et aux NZ sans préliminaire, il a assuré. De retour comme titulaire dans ce tournoi, il n’y a que peu à lui reprocher. Il truste les premières places sur les statistiques offensives et défensives, notamment au niveau des offloads, important et sûr dans le jeu, il n’aura manqué que l’efficacité. Si le clermontois parvient à être en Equipe de France, le tueur qu’il fut avant sa blessure avec l’ASM il sera incontournable.

Yoann Huget, des statistiques faméliques mais sérieuses, au-delà de ça il n’a pas le niveau international. Il fut appelé, à juste titre, suite à d’excellentes saisons à l’Aviron puis à Toulouse et un véritable creux de génération à son poste. L’émergence d’une nouvelle génération devrait le reléguer en dehors du groupe France, il a par ailleurs une attitude agressive, assez délétère sur le terrain depuis son retour de blessure cette saison, surplus de motivation ou de frustration, ces attitudes peuvent coûter cher.

Djibril Camara : 6 minutes de jeu, impossible à juger.

L’avenir

Virimi Vakatawa incarne cet avenir, la tendance irait vers un retour en club avec des mises à disposition fédérale pour le 7 et le XV, c’est parfait à mon avis, il progressera collectivement et deviendra monstrueux. Noa Nakaitaci serait incontournable sans sa blessure, mais les croisés pour un ailier c’est souvent très compliqué, le retour au haut niveau prend plus de temps pour des joueurs dont la vitesse et les appuis sont les qualités principales. Néanmoins, sur les matchs de début de saison il fut un cran au-dessus de tous ses concurrents, espérons qu’il revienne au même niveau.

Ensuite, Yoann Huget, chaque rassemblement ressemble à un chant du cygne. Membre de la liste Elite, un peu par défaut vu le réservoir, il a été de tous les rassemblements grâce à elle, assez loin dans la hiérarchie, avec des entrées en jeu peu convaincantes et des prestations en club pas bien meilleures ça sent le sapin pour Yoyo. Et ça sent le sapin parce que des jeunes se révèlent.

Alors avant de parler des jeunes je suis obligé de mentionner le phénomène de Jean Bouin, le feu follet du 16ème arrondissement sous peine de décapitation digitale par Ovale "Rucky" Masqué.

Djibril Camara envoie sévèrement depuis quelques mois, il est impressionnant de performance, de régularité et d’efficacité. Une bonne performance en Afrique du Sud lui permettrait de tamponner son passeport vers le Japon 2019 …

Vincent Rattez est dans les petits papiers du staff, il aura la chance de valider par une sélection sa belle saison Rochelaise, vif, rapide il a un profil que l’on avait plus depuis longtemps. Son pendant Rochelais, Gabriel Lacroix me semblait un peu au-dessus, mais il a eu du mal à retrouver son niveau après sa blessure. Je reste persuadé que Lacroix a un profil qu’il nous manque, finisseur, redoutable proche de la ligne, il me fait penser à Vincent Clerc, à tester. Un troisième joueur m’a impressionné, et je pensais le voir appelé avant Rattez, Louis Dupichot a parfaitement géré son prêt à la Section Paloise, créateur, fort en 1 contre 1, une classe et une vista impressionnante, ce n’est pas un tueur comme Lacroix, mais s’il confirme au Racing on en entendra parler rapidement.

Un autre jeune, qui a beaucoup surnagé mais souvent individuellement dans une équipe moribonde, c’est Arthur Bonneval. Très doué offensivement, des cannes et des crochets de feu, 1 essai tous les 1,5 matchs en moyenne, c’est une saison très prometteuse, à confirmer.

Et pour finir, personne ne l’évoque au risque de s’attirer les foudres de la bien-pensance, mais le jeune le plus efficace et le plus prometteur est Alivereti Raka. Sélectionnable dans quelque mois et auteur de prestations de haut vol avec l’ASM. Alors oui je fustige souvent, et je continuerai à le faire, l’afflux de joueurs « étrangers » moyens qui empêche le développement de nos jeunes talents, néanmoins quitte à former ou « post-former » des joueurs étrangers qui s’avèrent excellents, autant qu’ils servent au développement du rugby national, c’est dans l’ADN du Rugby et la question se posera probablement pour Raka en Novembre.

Où se situe le titulaire Français par rapport à ses concurrents durant le tournoi ?

Très compliqué vu le nombre de prétendants, faisons par élimination.

  • Les ailiers Italiens feraient passer Teddy Thomas pour Richie McCaw tant leurs performances défensives sont faméliques.

  • Tim Visser et Jack Nowell ont moins joué que les autres, difficile de les comparer. A noter d’excellentes statistiques pour Jack Nowell, sous-coté à mon gout mais avec une grosse concurrence (Watson, May, Daly, Rokoduguni, Wade etc …)

Il reste les deux Français, les deux gallois, les deux Irlandais, Tommy Seymour et Elliot Daly, malgré des statistiques intéressantes, il reste compliqué d’exister à l’aile sans marquer d’essai, oui c’est un peu cliché mais ça reste une réalité : Zebo, Vakatawa et Nakaitaci sont donc écartés de la course.

  • Keith Earls : baladé au centre et à l’aile depuis des années le rouquin apporte toujours une grinta énorme sur le terrain. Rarement cité parmi les meilleurs Irlandais il faut donner du crédit à son tournoi, 3 essais et dans le moyenne haute dans toutes les catégories statistiques, le Munstermen a assuré

  • Elliot Daly : je fus étonné de le voir titulaire à l’aile de la perfide albion lors de l’ouverture de ce tournoi. Lui le centre de formation (ou il excelle par ailleurs), dans une nation anglaise qui regorge de talents sur les ailes, ses statistiques sont en deçà de ses concurrents mais il m’a fait une grosse impression générale et je voulais le souligner. Moins en vue, mais décisif en attaque comme en défense et toujours juste dans son jeu.

  • Liam Williams : la classe. Des statistiques excellentes, 3 essais et un danger permanent. Un arrière en club qui ne doit son replacement à l’aile qu’a l’excellent jeu au pied du Toulonnais Halfpenny, peu de reproches possible pour ce joueur élégant et décisif.

  • Tommy Seymour : des stats un peu en dessous, mais il participe activement à la renaissance du XV du Chardon, bon partout, sérieux, à 29 ans il n’est pas l’avenir mais c’est une vraie garantie.

  • George North : le boss. 25 ans et 70 sélections, on parle plus de lui pour ses KO que pour ses performances mais quel joueur extraordinaire. Il domine ce poste, physiquement au-dessus, des appuis de la vitesse, un vrai sens de la finition, il n’a que peu de concurrents capables de s’élever à ce niveau de performance

Donc de façon assez subjective :

1/ George North

2/ Liam Williams

3/ Keith Earls

Les « autres »

  • Brice Dulin : (2 titularisations) : 194 mètres parcourus, 9 défenseurs battus, 2 offloads, 19 courses avec ballon, 5 placages réalisés, 0 placage manqué, 0 ballon gagnés, 0 pénalité concédée

Le Bilan des Français :

Des statistiques offensives intéressantes pour Scott Spedding, logique tant il a mis de l’envie dans ses relances. Comme d’habitude, un vrai soldat à qui il est difficile de reprocher quoi que ce soit dans l’engagement mais qui semble peiner à se hisser au niveau international. Sa passion l’amène à faire des erreurs, à perdre une concentration cruciale à ce poste, Spedding est un excellent joueur de championnat, précieux dans un groupe, mais il a certainement perdu sa place de titulaire en bleu, comme il l’a perdu à l’ASM pour les phases finales de Top 14, clairement il plafonne.

Ce n’était qu’une question de temps, et de dialogue certainement, mais Brice Dulin est trop talentueux pour ne pas porter le 15 frappé du coq, ses statistiques sur deux matchs sont d’ailleurs bluffantes et pleines de promesses. Evidemment doué offensivement, excellent sous les ballons haut, sûr défensivement, le joueur du Racing a tout pour exceller, revenu en grâce, je fais confiance à Guy Novès et Jeff Dubois pour lui dicter la ligne de conduite adéquate.

L’avenir

Moins prometteur qu’à l’aile, tous les arrières appelés par Guytou semblent aujourd’hui hors course. Si Dulin devrait s’installer derrière tout le monde est sur la pente descendante, à commencer par Scott Spedding comme vu précédemment. Pour Maxime Médard c’est plus une pente qu’il descend, c’est un saut en parachute sans parachute, le Toulousain a réalisé une saison très éloignée de ce que son talent peut permettre, et cela est assez récurrent depuis plusieurs années. Benjamin Fall a malheureusement continué sa carrière avec des problèmes de blessures trop recurrents pour revenir dans les discussions. Hugo Bonneval n’a jamais retrouvé le niveau d’avant sa grosse blessure il y a 3 ans, son arrivée au RCT sous la houlette de Fabien Galthié peut le relancer.

Peu de jeunes émergent et ont du temps de jeu, Charles Bouldoire et Darly Domvo avaient montré beaucoup mais ont subi de graves blessures qui les ont freiné. Dupichot est un vrai arriere mais de retour au Racing il jouera évidemment plus à l’aile. Kylan Hamdaoui est un grand espoir également mais il restera en Pro D2 l’an prochain. Palis n’était pas loin du groupe mais sa rupture des croisés rend son avenir à court terme plus incertain.

A suivre l’émergence de jeunes l’an prochain, avec une pièce sur Romain Buros, 19 ans, titulaire des U20 et quelques apparitions en pro avec la Section.

Où se situe le titulaire Français par rapport à ses concurrents durant le tournoi ?

Les deux Français ont trop peu joué pour figurer dans les meilleurs de ce tournoi, même si les performances de Dulin sont statistiquement impressionnantes en seulement deux matchs.

Ensuite Padovani n’a pas démérité pour son premier tournoi comme titulaire, des statistiques convenables, amis plus de placages manqués que réussis, même pour une Italie très faible cette année, c’est rédhibitoire.

Leigh Halfpenny, autant c’est véritable tueur face aux perches, autant dans le jeu il commence à ressembler de plus en plus à Casper, ses qualités de buteur ne peuvent pas suffire à le hisser parmi les meilleurs arrières de ce tournoi, l’impression offensive générale est confirmée par les statistiques, très en dessous. Par ailleurs je trouve assez étonnant qu’il soit confirmé en 15 vu le niveau de Liam Williams à ce poste, et le fait que Biggar soit un bon buteur.

Rob Kearney, moins en vue mais toujours présent, l’Irlandais est toujours aussi impressionnant sous les ballons haut, propre, efficace, à l’image d’Heaslip en 3ème ligne, il brille moins individuellement mais reste excellent.

Mike Brown, la valeur sure, excellent relanceur comme le montre ses statistiques, largement en tête en mètres parcourus, défenseurs battus et courses effectuées il mériterait les honneurs d’une première place mais devant il y a un Ecossais. Stuart Hogg, oui des stats moins impressionnantes, quelques petits oublis défensifs, mais trois essais et un danger permanent. On aime tous le rugby pour ce genre de joueur, fou mais efficace, chambreur, spectaculaire et surtout décisif. S’il parvient à être régulier défensivement, en plus de devenir sur comme buteur longue distance, il ne sera pas loin de meilleurs du monde (les NZ et Folau).

1/ Stuart Hogg

2 / Mike Brown

3/ Rob Kearney

#Tournoi6nations #statistiques #rugby #Premiership #Top14

RECENT POSTS
SEARCH BY TAGS
Pas encore de mots-clés.
ARCHIVE
  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
Tout mes articles sont réalisés sans volonté de jugement, avec le plus d'impartialité possible mais certainement aussi, avec des écrits partisans et des émotions personnelles, inhérents à la passion qu'engendre ce sport.