Les Centres les plus performants individuellement de la saison 2017-2018

[Merci Florian Fritz, tu n'es pas à l'honneur ici, ta place est au panthéon du Rugby pas dans un pauvre article récapitulatif d'une saison]

Le Centre le plus performant individuellement de la saison 2017-2018

Damian Penaud ses statistiques par 80 minutes :

  • 0,44 Essais (Moyenne du poste : 0,21)

  • 0,11 Passes Décisives (Moyenne du poste : 0,16)

  • 2,19 Points Inscrits (Moyenne du poste : 1,08)

  • 7,22 Courses avec ballon (Moyenne du poste : 7,69)

  • 77,48 Mètres Parcourus (Moyenne du poste : 31,71)

  • 2,08 Franchissements (Moyenne du poste : 0,74)

  • 1,86 Offloads (Moyenne du poste : 0,84)

  • 5,8 Défenseurs Battus (Moyenne du poste : 1,98)

  • 1,0 Ballons Perdus (Moyenne du poste : 0,94)

  • 5,25 Plaquages réalisés (Moyenne du poste : 6,8)

  • 16% Plaquages manqués (Moyenne du poste : 17,2%)

On a tout entendu sur Damian Penaud, sur ses attitudes nonchalantes, sa soi-disant arrogance, sa filiation avec Alain puis avec Rougerie rugbystiquement, sa prétendue faiblesse en défense etc… On a oublié une chose, c’est que Damian Penaud est un joueur de talent comme nous n’en avons pas eu au centre en France depuis très longtemps (au moins depuis Yannick Jauzion, Florian Fritz étant hors concours). Alors ce n’est pas le même style que celui qui fut le meilleur centre de France et du monde évidemment, néanmoins en termes d’impact sur le jeu j’ai rarement vu de telles performances, j’ai rarement vu un joueur faire autant de différences au centre du terrain (en France et de mon vivant, je ne suis pas très vieux).

Oui on oublie trop souvent de dire que Damian Penaud est sans doute l’un des futurs piliers de la reconstruction du XV de France, qu’il a les qualités et le potentiel pour rivaliser avec n’importe qui au niveau mondial. Pourquoi oublie-t-on cela ? Parce que l’on a peur qu’il se crame ? Dans quel sport, dans quelle nation met-on autant de pincettes avec un tel talent ? Simplement dans la vision passéiste du rugby Français, je parle évidemment de la vision fédérale plus que de celle clubs. Je n’ai évidemment rien contre eux car ce sont d’excellents joueurs dont les performances en club méritent le respect mais, dans quel monde rugbystique vit on pour que des joueurs comme Doumayrou, Chavancy voire Lamerat, Bastareaud puissent passer devant un joueur comme Damian Penaud. Cela n’existe que dans le Rugby Fédéral Français messieurs dames.

Et je vous épargne une tirade sur Vakatawa qui fait une saison formidable au centre de l’attaque du Racing, mais que l’on met au ban de l’Equipe de France pour des mauvaises performances ... à l’aile. Où il sera remplacé par Gael Fickou, également auteur d’une très belle saison au centre et qui ne connait de l’aile, que son prix chez KFC.

Dont acte, continuons à expliquer que nous avons un problème uniquement de génération et de talent, au centre ce n’est clairement pas le cas !

La promesse du futur qui méritait mieux

Pierre Fouyssac ses statistiques par 80 minutes :

  • 0,32 Essais (Moyenne du poste : 0,21)

  • 0,13 Passes Décisives (Moyenne du poste : 0,16)

  • 1,59 Points Inscrits (Moyenne du poste : 1,08)

  • 9,8 Courses avec ballon (Moyenne du poste : 7,69)

  • 47,15 Mètres Parcourus (Moyenne du poste : 31,71)

  • 1,33 Franchissements (Moyenne du poste : 0,74)

  • 1,72 Offloads (Moyenne du poste : 0,84)

  • 2,99 Défenseurs Battus (Moyenne du poste : 1,98)

  • 1,21 Ballons Perdus (Moyenne du poste : 0,94)

  • 9,28 Plaquages réalisés (Moyenne du poste : 6,8)

  • 21% Plaquages manqués (Moyenne du poste : 17,2%)

Quand on parle de Pierre Fouyssac on parle en premier physique et gabarit, non pas que ce soit une erreur mais c’est très réducteur. Non Pierre Fouyssac n’est pas un premier centre à l’ancienne que l’on envoie en première main pour que ses 110 kilos viennent servir de point de fixation. International à 7, doté d’une belle lecture du jeu et d’un rapport vitesse/puissance assez impressionnant, il franchit régulièrement mais est également souvent le premier soutien du « franchisseur » pour assurer la continuité du jeu. C’est également un défenseur acharné, son enthousiasme lui fait faire quelques erreurs mais ses qualités naturelles de défense sont réelles.

Associé à Julien Hériteau depuis des années au SUA, il va devoir prouver au Stade Toulousain qu’il a le niveau pour franchir un cap en sortant des ses habitudes de jeu et de son club formateur Agenais. Sa complémentarité tant avec les ouvreurs (Holmes et Ntamack) qu’avec les seconds centres (Ahki, Poï, Tauzin, Belan) parait évidente sur le papier, en attente de confirmation sur le pré.

L’anomalie statistique, l’oscar du cœur

François Steyn ses statistiques par 80 minutes :

  • 0,24 Essais (Moyenne du poste : 0,21)

  • 0,29 Passes Décisives (Moyenne du poste : 0,16)

  • 1,78 Points Inscrits (Moyenne du poste : 1,08)

  • 9,38 Courses avec ballon (Moyenne du poste : 7,69)

  • 32,21 Mètres Parcourus (Moyenne du poste : 31,71)

  • 0,53 Franchissements (Moyenne du poste : 0,74)

  • 1,88 Offloads (Moyenne du poste : 0,84)

  • 3,80 Défenseurs Battus (Moyenne du poste : 1,98)

  • 1,3 Ballons Perdus (Moyenne du poste : 0,94)

  • 7,4 Plaquages réalisés (Moyenne du poste : 6,8)

  • 18% Plaquages manqués (Moyenne du poste : 17,2%)

Il n’est pas mal classé François Steyn, mais ce joueur est tellement sous-coté qu’il mérite quelques mots. Si le MHR avait pu gagner un titre les observateurs auraient sans doute mis en avant, et à raison, le gestionnaire et métronome Ruan Piennar, l’artiste Aaron Cruden, le finisseur Nemani Nadolo, le capitaine et âme du club Fulgence Ouedraogo, le guerrier Bismarck Du Plessis. Mais le régulateur, le joueur qui donne le tempo en attaque comme en défense, le joueur sur qui tu te reposes quand tu es en difficulté en attaque, en défense, pour sortir de ton camp, pour mettre des points c’est lui !

Quand Cotter fait son équipe je suis certain qu’il coche un nom, voire deux (avec Bismarck Du Plessis) sans qui il ne peut pas gagner les grands matchs et c’est celui de Frans’ Steyn. D’ailleurs en demi-finale, statistiquement il le meilleur Montpelliérain, même si les performances de Louis Picamoles ou Ruan Pienaar ont été mises en exergue. En finale comme ses coéquipiers il ne réussit pas son match, il a beaucoup tenté (13 courses), n’a pas fait d’erreur, mais ça n’a pas suffi.

Le MHR arrive sur une saison importante, la seconde de Vern Cotter, celle où il n’y a plus « d’excuses » sur la construction passée. Et quand certains se posent la question d’où va jouer Goosen compte tenu de la concurrence, je réponds que ça dépendra d’où jouera François Steyn !

Le pari pour la saison prochaine

Il y avait plusieurs possibilités :

  • Un U20 : Pierre Louis Barassi (LOU), qui a fait une très bonne RWC, associé à Ntamack en 12 à la fin de la compétition. J’aime beaucoup son profil de « vrai 13 », mais si Ngatai est à son niveau, avec Regard qui s’est imposé comme un vrai régulateur de ligne, le temps de jeu risque d’être faible. Mais je pense qu’il est prêt pour le Top14.

  • Un jeune rompu au professionnalisme en ProD2 : Alex Arrate (SFP), excellent joueur, plutôt centre mais capable d’évoluer à l’ouverture comme ce fut le cas à la RWC 2017 après les blessures des titulaires. Néanmoins il y aura de la concurrence au centre et il se remet tout juste des croisés, peut être des opportunités pendant le Tournoi 2019.

  • Un espoir à la relance en changeant de club : Atila Septar, il est jeune (22ans) mais c’est un peu « maintenant ou jamais », formé à Brive et avec des feuilles de matchs à 18 ans, il a ensuite passé 2 saisons à Clermont où l’éclosion de Penaud a sans doute freiné la sienne. Dans un effectif complet et talentueux il a grappillé du temps de jeu en Auvergne, preuve de son talent. A la Section la concurrence sera moindre et il aura une chance à saisir. Il est mon second choix dans ces paris de la saison au centre.

Yvan Reilhac

Comme Atila Septar c’est également le vrai virage de la carrière d’Yvan Reilhac au MHR, à 23 ans et déjà 3 saisons dans le groupe pro Ciste, cette saison sera sa chance. Toutes ses apparitions depuis ses débuts en 2015 furent convaincantes, et un jeune Montpelliérain qui survit à Jake White c’est forcément un grand talent. Faire le pari d’un jeune dans un effectif de stars, qui aura une pression importante cette saison c’est risqué mais j’y crois. Alexandre Dumoulin, Frans’ Steyn, Jan Serfonteyn, Vincent Martin seront ses concurrents, au top de leurs formes respectives les deux Boks sont au-dessus mais, Serfontein enchaîne les blessures et n’est aujourd’hui, plus au niveau du jeune prometteur de la RWC 2015, Steyn est un patron de 31 ans qui va vouloir souffler après des saisons à rallonge. Est-ce que Reilhac passera devant Martin et Dumoulin ? Je le pense oui surtout que c’est un vrai 13, ce que ne sont pas les autres, ses qualités différentes de ses collègues apporteront au groupe, et Cotter aime fait éclore et progresser les jeunes (je vois une analogie importante avec le Fofana de 2010).

Il fut titulaire lors de la préparation tantôt à coté de Dumoulin, tantôt à coté de Steyn et visiblement ses performances ont enthousiasmé les suiveurs, pourvu que ça dure.

La recrue : Charlie Ngatai

Pour ceux qui ne suivent le rugby que par le prisme de l’Europe et des matchs internationaux, son nom vous est peut-être inconnu. Pourtant vous allez découvrir un joueur superbe, complet élégant et efficace. Sa carrière a été freinée au mauvais moment par les commotions, la succession de la paire Nonu-Smith aurait dû se faire avec lui mais chez les Black, le train ne repasse pas toujours, pourtant il avait le profil. Capable de franchir, marquer, créer, polyvalent à l’arrière, le LOU a peut être trouvé ce qui lui manquait dernière la saison dernière, si sa santé suit, il peut faire franchir un cap au LOU.

#statistiques #rugby #XVderance #Top14

RECENT POSTS
SEARCH BY TAGS
Pas encore de mots-clés.
ARCHIVE
  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
Tout mes articles sont réalisés sans volonté de jugement, avec le plus d'impartialité possible mais certainement aussi, avec des écrits partisans et des émotions personnelles, inhérents à la passion qu'engendre ce sport.