Temps de Jeu des Français en Top 14 - Saison 2020/2021

Introduction définissant la base statistique


Le Rugby International n'est pas une histoire de frontières et d'états, mais de nations et de représentation, être Français, Néo-Zélandais, Anglais, Japonais, Fidjien etc... en rugby, ce n'est pas avoir le passeport correspondant, c'est faire le choix de porter sur la scène internationale les couleurs d'une nation pour laquelle le sentiment d'appartenance est le plus fort.


Dans ces statistiques, le temps de jeu des français est comptabilisé en fonction, évidemment du passeport de naissance, mais surtout du choix de la nation représentée. Concrètement, pour prendre des exemples clairs et actuels, les Vakatawa, Le Roux, Willemse, Kockott sont comptabilisés dans le temps de jeu des Français, compte tenu de leurs capes avec la sélection française. A contrario, un joueur qui avait fait le buzz en demandant un passeport Français au président lors de la finale 2019, Maks Van Dyk est éligible au XV de France (passeport, 36 mois en France, pas de cape en AFS) est considéré comme Sud-Africain jusqu'à sa première cape en bleue (qui n'arrivera sans doute jamais).


Les bases posées nous allons tenter d'analyser quelques points, et s'il y a des questions j'y réponds sur Twitter avec plaisir.


Pour les recrues/départs - Les effectifs - Les temps de jeu - Les stats JIFFs ----> ALL RUGBY




L'évolution sur les 5 dernières saisons, je n'ai pas comptabilisé la saison 2019/20 remportée par l’UBB stoppée par le COVID. En plus d'être partielle, elle était tronquée par le Coupe du monde, ça n'avait aucun sens statistiquement de mentionner cette saison là.

Si cela vous intéresse, j'avais fait l'analyse du temps de jeu des Français durant la Coupe du Monde -> lien vers l'article



[Vous pouvez sélectionner un ou plusieurs clubs pour analyser au mieux le graphique dans "Enter series to show"]


Un mot par club pour analyser l'effectif, l'évolution, et les perspectives en fonction du recrutement


Racing 92


L'évolution du club Francilien est si spectaculaire qu'elle est nécessairement la conséquence d'une stratégie globale. Le Racing 92 semble avoir trouvé l'alchimie entre formation, post-formation, recrutement local intelligent, joueurs internationaux confirmés :

  • Impact du centre de formation : durable ou générationnel ? Je ne sais pas, l'avenir le dira, néanmoins le fait est que l'intégration de joueurs formés, ou passés par le centre de formation du Racing croît de façon exponentielle : Palu, Diallo, Baubigny, Gibert, Kolingar, Dupichot, Joseph, Colombe, Le Garrec etc... Tous ont un rôle dans l'effectif pro, le staff fait confiance aux jeunes, et la formation sort des joueurs compétitifs qui simplifient le recrutement

  • Des paris locaux "payants" : former l'intégralité de son effectif pro est impossible, néanmoins le compléter avec de la post-formation ou faire des paris sur des joueurs qui performent dans des clubs de moindre pedigree, ou oubliés par leurs club formateurs est une bonne solution. Taofifenua est l'exemple parfait, mais le R92 a recruté intelligemment depuis un moment en complétant son effectif avec des joueurs solides dont tout club a besoin pour tenir la saison, pas des stars, mais des gars qui te feront correctement le travail : Tanga, Chouzenoux, Klemenczak, Le Guen, Sanconnie etc...

Avec cette base d'effectif solide et la puissance économique du Racing, la réussite réside dans la capacité à cibler des "stars", des joueurs qui te font passer un cap et gagner des titres (le seul titre de l'ère moderne arrive avec un certain Dan Carter). La saison 2021-2022 sera celle de la continuité, l'ajout majeur a été celui de Gael Fickou en fin de saison, l'axe de progression sera celui de l'explosion d'un ou deux jeunes. Ce n'est pas l'apport de Pesenti qui fera la différence (même si c'est une plus-value), Fickou est un excellent joueur mais clairement pas un leader, l'évolution passera par l'éclosion (ou pas) de deux joueurs, à des postes en souffrance, Nolan Le Garrec et Jordan Joseph. Il y a besoin d'apporter du talent sur les postes 8 et 9, et il y a deux énormes espoirs Français dans l'effectif.


Conclusion : j'adore le travail réalisé entre formation et recrutement malin, on parle trop peu de ce que fait le Racing, et c'est dommage parce que je suis convaincu que ça servira le XV de France pendant longtemps.


Lyon Olympique Universitaire


Saison de transition et effectif bancal, le LOU suit un peu le même schéma que le Racing précédemment mais avec une saison trop galère pour analyser correctement l'effectif. Sur le papier j'aime beaucoup, mais pour savoir si la direction prise est la bonne, si les choix de joueurs et de staff sont cohérents, il faut de la stabilité pour mettre en valeur tous les talents. Pour ne parler que des jeunes Français : Barassi, Laporte, Couilloud, Cretin, Bamba, Geraci, ils seraient presque tous dans le XV type des moins de 25 ans, mais il y'a eu problème de recrutement pour encadrer ces talents. Pour que la stratégie fonctionne il faudrait, à mon humble avis :

  • Stabiliser la charnière : Wisniewski, Doussain, Berdeu se sont succédés en 10... Je ne veux manquer de respect à personne mais c'est pas des titulaires d'une équipe ambitieuse, des très bons joueurs de Top 14, précieux dans un effectif, mais ils ne te font pas passer un cap. L'arrivée de Sopoaga doit régler ce soucis, cela libèrera aussi Couilloud qui a semblé pâtir de cette instabilité en 10.

  • Un avant au profil plus offensif : Fainga'a, Cretin, Sobela en 3ème ligne, Geraci, Lambey, Tao en 2ème ligne c'est solide mais il manque un mec au profil offensif, qu'il soit puissant ou technique il va manquer. Des paris avaient été faits sur Bastareaud ou Tulou, peu concluants, ce type de joueur risque de manquer au LOU.

Conclusion : Affaire à suivre, sur le papier je trouve la stratégie cohérente, mais il manque quelque chose pour que les jeunes passent un cap, soit dans le recrutement, soit dans le staff !


Sporting Union Agen


J'ai peu à dire sur le SUA, d'abord parce que je les ai peu vu, et qu'il est impossible d'analyser un effectif vu le bourbier qu'a été le club cette saison. Les conflits internes, les changements de staff, les recrutements hasardeux...


Conclusion : Le SUA a montré son excellence dans la formation des talents, beaucoup de clubs de Top 14 remercient le SUA d'avoir correctement formé des joueurs précieux de l'élite. La descente en Pro D2 est sans doute une bénédiction pour pouvoir retravailler sur les bases qui ont fait le succès d'Agen depuis sa montée en 2015.


Castres Olympique


Le CO est "rentré dans le rang", après une décennie d'exploits réguliers, Castres semble construire son effectif pour perdurer solidement en Top 14. Solidité et sécurité semblent être les maitres mots de la construction de l'effectif. Tenter quelques coups en misant sur du talent tout en conservant un effectif solide et fiable, Botitu et Barlot l'an dernier, Raisuque et Zeghdar cette saison.


Conclusion : Le CO semble maitriser son sujet, néanmoins avec l'effectif le plus vieux de Top 14 il ne faut pas rater la transition avec le départ programmé des leaders, tous dans la même tranche d'âge (entre 33 et 36 ans), Urdapilleta, Kockott, Combezou, Jacquet, Dumora. Je n'ai aucune inquiétude sur leur capacité a se maintenir, voire à jouer les trouble-fêtes pour la qualif' l'an prochain. Néanmoins avec le départ de Jelonch, les fins de carrières qui approchent pour les patrons, il faut commencer à préparer l'avenir dans le Tarn.


Montpellier Hérault Rugby


Ce qu'il s'est passé est incompréhensible et impossible à analyser. Il y avait beaucoup de choses positives dans la construction de cet effectif, des internationaux français partout, des joueurs de devoir de Top 14, des stars étrangères plutôt adaptées au championnat. J'aimais bien l'idée de Xavier Garbajosa pour changer de philosophie et tourner la page, absolument rien n'a fonctionné !

Quand le changement n'a pas fonctionné on a tendance à retourner vers les vielles formules. Le recrutement est solide, avec surtout deux internationaux qui vont apporter une vrai plus-value au pack Ciste, le talonneur Australien Paenga-Amosa et le 8 anglais Zack Mercer. La majorité de l'effectif est conservée, et le staff qui a fini la saison confirmé...


Conclusion : Le MHR m'avait plutôt hypé par sa "reconstruction" autour d'un projet qui me plaisait et qui pouvait apporter au rugby Français. Là je vois très bien l'axe du terrain : Paenga-Amosa - Willemse - Van Rensburg - Mercer - Reinach - Pollard - Serfontein ! Et tout ça coaché par Saint-André, Elissalde, Azam, je ne suis pas vulgaire parce que on peut se renouveler à tout âge, mais ça pue grave la bouillie de rugby toute l'année ! Sortez moi Arthur Vincent de là s'il vous plait !


Stade Toulousain


La théorie que j'ai évoqué avec le Racing 92, le Stade Toulousain en est le modèle. Un savant mélange entre la formation, la post formation, le recrutement de solides joueurs de Top 14 et d'une ou deux "stars étrangères".

Toulouse ne peut que miser sur la continuité, et pour cause :

  • Double champion de France en titre

  • Vainqueur de Coupe d'Europe

  • 2ème effectif le plus jeune de Top 14

  • 1er fournisseur des U20 cette année

  • Champion de France Espoir cette saison

  • Un "départ" marquant : Jérôme Kaino (qui reste dans le staff) mais qui est remplacé numériquement par la "révélation" Française au niveau International, Anthony Jelonch


Conclusion : Le Stade continue sa masterclass de gestion, avec un effectif qui a fourni 10 joueurs au XV de France, sachant qu'Anthony Jelonch arrive et que Matthis Lebel devrait avoir sa chance, club qui a fourni 7 joueurs aux U20 (Tournoi 2021), qui continue sa politique de prêt en Pro D2, et l'intégration de jeunes dans l'effectif.

La force du Stade Toulousain ce n'est pas la chance d'avoir une génération de joueurs exceptionnels, c'est d'arriver à construire autour un collectif qui permet à ces jeunes talents de s'exprimer au mieux. De bon augure pour l'avenir de Toulouse mais aussi pour le XV de France !


Stade Rochelais


L'intelligence au service de la culture rugby, La Rochelle s'est fait la spécialité de prendre des bons/moyens joueurs Français pour en faire de tauliers du club, et en y greffant des recrutements étrangers parfaitement ciblés, ça donne une saison exceptionnelle. Frustrante parce qu'il n'y a pas de titres, mais faire deux finales c'est au delà des espérances.

Il ne manque qu'une chose à La Rochelle, c'est de sortir des tauliers de son centre de formation. Depuis plusieurs saisons ils sont :

  • excellents dans la post-formation, pour faire passer un cap aux joueurs (Gourdon, Retiere, Wardi, Atonio, Bourgarit, Priso etc...)

  • souvent très justes pour dénicher et intégrer des internationaux étrangers qui "fit" parfaitement (Leyds, Rhule, Kerr-Barlow, Skelton, Vito)

  • un repère pour des parisiens internationaux français qui ont besoin de se relancer : Dulin, Doumayrou, Plisson et bientôt Danty

Mais il ne sortent pas de tauliers du centre, ça n'est pas très grave aujourd'hui, mais avoir un bon centre de formation permet de "rater des mercatos" si l'on peut s'appuyer sur des jeunes, La Rochelle a moins droit à l'erreur.


Conclusion : Le Stade Rochelais a posé des bases solides, possède une identité forte et un groupe expérimenté qui favorisent l'intégration des recrues. Recrues souvent intelligentes, cette saison il y a un départ important sportivement, celui de Doumayrou, remplacé par Jonathan Danty qui sort de sa meilleure saison individuelle et qui peut exploser à La Rochelle, quelques paris à coté (notamment en Pro D2) pour compléter l'effectif, et sans faire de bruit, La Rochelle aura un effectif plus solide que la saison dernière. Intelligent.


Rugby Club Toulonnais


Comment qualifier l'effectif et la saison du RCT ? Bizarre... Pour tourner la glorieuse page des années 2010, marquée par les titres et les stars internationales il a fallu s'adapter. Beaucoup de facteurs cumulés ont accéléré la mutation du RCT, et elle semblait cohérente, une reconstruction autour de l'identité Toulonnaise. Cette identité très prégnante sur la Rade incarnée par des jeunes joueurs talentueux formés localement et un coach du sérail, le tableau semblait parfait ! Pourtant rien ne le fut, et les jeunes en questions, que ce soit les locaux (Rebbadj, Carbonel, Dridi, Gros) ou les paris arrivés dernièrement (Cordin, Villière) ne sont pas à blâmer, ils ont répondu aux attentes et sont sans doute le rayon de soleil dune saison maussade.

Le début des emmerdes symbolise pour moi le problème dans son ensemble, l'effectif était cohérent même s'il manquait clairement de profondeur, mais dès la première journée le RCT se met la saison à l'envers. Le pauvre Anthony Belleau se fait les croisés, et alors que seul Louis Carbonel (destiné à être dans les groupes France) est disponible à l'ouverture, le RCT ne prend pas de Joker médical à ce poste. Pire, ils vont faire un coup de pub dont on se serait bien passé en allant chercher le pauvre Ma'a Nonu qui a galéré toute la saison... A partir de là, entre défaillances sportives de leaders, absences des joueurs pendant les doublons ou blessures, la saisons a été gâchée et la tension palpable avec le staff notamment. Tu peux pas avoir d'ambitions en 2021 quand tu as en 9-10-12 (titulaires) : Takulua - Toeava - Nonu, c'est pas possible !

La saison s'est terminée de plus mauvaise des manières : sans playoffs et avec la longue blessure de Charles Ollivon !


Conclusion : j'avoue je suis un peu déçu et j'ai du mal à m'enthousiasmer pour le futur, si les arrivées d'Aymeric Luc et Julien Blanc, conjuguées au retour de Belleau vont apporter de la profondeur à l'effectif, je suis pas sur que ça fasse passer un cap au RCT. Les départs de Romain Taofifenua et de Masivesi Dakuwaqa me semblent problématiques, le premier apportait une sécurité au pack et le second a souvent été le détonateur, Nakarawa est un pari après deux saisons quasi blanches, Wainiqolo également, le talent est certain l'adaptation moins. Ollivon sera absent, Parisse aura l'âge de Nonu, j'ai des doutes sur le staff, la direction. J'espère me tromper parce qu'il y pas mal de joueurs (à développer pour le Xv de France) que j'aime beaucoup mais je suis dubitatif.


Union Bordeaux Bègles


Il y a pas mal de points positifs, même si les résultats laissent un gout d'inachevé, tomber en 1/2 finale de H-Cup et Top 14 c'est assez logique pour l'UBB, frustrant mais logique. Dans leur idée de construction entamée avec Christophe Urios, je ne les imaginais pas concurrencer sur la durée d'une saison les stades Toulousain et Rochelais, et le Racing, je les imaginais se battre avec 5 ou 6 équipes pour le barrage à domicile, et ils ont été les meilleurs, les plus réguliers des outsiders.

Dans les points positifs, le plus important est qu'Urios a dégagé un groupe de joueurs locaux solide sur lequel il s'appuiera pendant longtemps, peu de joueurs sortent du centre de l'UBB (Jalibert, Lamothe, Paiva) par contre Bordeaux s'est fait une spécialité du recrutement malin dans des clubs moins huppés. Du coté des réussites qui serviront de socle :

  • les "jeunes" : Romain Buros (talent attendu depuis longtemps) qui explose et fait partie des 3 meilleurs arrières du Top 14 cette saison, Yoram Moefana qui crève l'écran, Roumat et Cazeaux métronomes, les vrais révélations à haut niveau d'Uberti, Hulleu, Cros voire Lamothe que l'on attendait un peu plus que les autres etc...

  • les "valeurs sures" indispensables au système Urios : Marais, Lucu, Maynadier, Dubié, Diaby, Cobilas etc...

  • les "locomotives" que sont Jalibert et Woki, j'ai parlé d'eux dans les équipes types, énorme saison des deux joueurs qui confirment à haut niveau

Au rayon des déceptions, il manque de la réussite des joueurs qui arrivent pour te faire passer un cap, erreurs de recrutement ou mauvaise gestion je ne sais pas, mais Ben Lam, Guido Petti, Joseph Dweba, Santiago Cordero, Seta Tamanivalu, Bautista Delguy y'a pas une seule vraie réussite. Alors je dis pas qu'ils ont été tous nuls, mais ils sont sensés apporter talent et expérience, or je les ai pas vu reléguer la jeune concurrence en Espoir avec leur prestations.


Conclusion : plutôt optimiste, je ne les vois pas faire moins bien, parce que le socle et jeune et fort, il ne peut être que meilleur l'an prochain. Ce sera la troisième année d'Urios, qui est souvent une année charnière dans les projets, elle peut faire basculer l'UBB vers le haut et en faire plus qu'un outsider, ou elle peut la faire stagner dans le ventre mou du Top 14. J'ai deux inquiétudes majeures, quid du poste de 8 ? Quid de la doublure de Jalibert, qu'il va falloir remplacer en Novembre et pendant le tournoi, et sans doute faire souffler un peu ? Est ce qu'en 2022 à 35 ans, François Trinh Duc est un joueur à 20 matchs et 900 minutes (stats de Botica) dans une équipes qui vise le haut de tableau ? Pas sur... Est ce qu'en 2022 ton seul 8 de métier c'est un Louis Picamoles qui aura 36 ans en playoffs et qui sort d'une rupture des croisés ? Pas sur... A mon avis y'a un Joker qui va tomber dans pas longtemps !


Aviron Bayonnais


Je vais pas vous faire un roman, malgré mon affection pour le club basque, il fait clairement parti des équipes que j'ai le moins regardé. L'énorme déception de la descente, qui frôle l'injustice, parce qu'avant le barrage au destin bien connu il y a cette dernière journée, où l'Aviron perd de 3 points face à des parisiens en quête de phase finale (un match nul les sauvait) alors que la Section devait gagner avec le Bonus Offensif pour se sauver... Saison qui a permis de révéler des joueurs au plus haut niveau, Aymeric Luc évidemment, mais aussi Guillaume Ducat devenu international, et surtout Ugo Boniface qui semble avoir le plus gros potentiel, et qui restera au moins une saison de plus à Bayonne.


Conclusion : plutôt optimiste pour la saison prochaine, le club est stable, le staff semble bien bosser, il y a eu des départs mais pas d'hémorragie. Il y a de fortes chances qu'ils soient prêts et compétitifs très tôt dans la saison !


ASM Clermont


Je comprends rien à la stratégie, à la direction de l'ASM depuis leur titre de 2017, mais rien. Habituellement, depuis que je suis gamin à chaque saison je savais que l'ASM allait être pénible, parce que, même les années un peu moins florissantes en terme de talent, il y avait toujours un socle solide, une identité qui faisait que tu craignais cette équipe et le Michelin. 4 ans après le brennus, tu n'as dans ton effectif qu'une seule recrue qui t'apporte une vraie plus-value, c'est George Moala, sinon c'est en dessous des joueurs que les recrues ont remplacé.

Certains tauliers de 2017 sont toujours là, sauf qu'ils ont 4 ans de plus, si Lopez et Parra font largement le travail ils ne peuvent pas assurer 30 matchs par saison. Fritz Lee commence à faire son âge, Fofana est plus blessé que jamais, Lapandry sort d'une saison dont on espère qu'elle ne sera pas la dernière etc...

Pour moi il y a deux problèmes majeurs dans cet effectif, et je ne sais pas si c'est inhérent aux joueurs, au staff, à la direction :

  • 1er problème : dans cet effectif de 2017, il y avait des talents qui devaient porter l'ASM post-brennus, il s'appelle Damian Penaud, Alivereti Raka, Judicael Cancoriet, Arthur Iturria tous titulaires en finale, et je rajoute Peceli Yato, Etienne Falgoux, Paul Jedrasiak qui étaient sur le banc. Si je voulais être sévère je dirais qu'aucun de ces joueurs n'est plus fort en 2021 qu'en 2017, je dirais même que la majorité a régressé, les blessures, les choix du staff, la personnalité du joueur etc... il y a pleins de raisons valables. Je tire juste le constat froid qu'à la fin de la saison, on peut dire que tes jeunes talents de 2017 sont moins forts que prévu et n'ont pas pu prendre le rôle de leader qu'ils auraient pu (du).

  • 2eme problème : les joueurs précédemment cités restent compétitifs même si ils n'atteignent pas le niveau souhaité. Mais y'avait des patrons à remplacer : Abendanon, Strettle, Lamerat, Chouly, Rougerie mais surtout la première ligne Chaume - Kayser - Zirak avec Ulugia sur le banc... Alors là pour le coup je vais être désagréable, le recrutement, comparé aux départs c'est une catastrophe, je vais pas faire l'affront de citer les noms mais c'est LE plus gros problème de l'ASM...

  • 2eme problème bis* tu ne peux pas compter sur ton centre de formation pour compléter ton effectif, pour compenser tes erreurs de recrutement. Je parle de joueurs qui auraient un rôle dans les 23 en phase finale. Tu as Cheikh Tiberghien ou Bibi Biziwu qui auront sans doute un rôle dans l'avenir, mais pas beaucoup d'autre dans les moins de 23 ans !

Conclusion : j'ai du mal à m'enthousiasmer, si le recrutement est famélique il est ciblé, il vient combler deux gros manques avec des joueurs qui feront le travail, Hanrahan en doublure de Lopez et Lavanini qui apportera expérience et rudesse au pack. J'ai envie de croire que le changement de staff va révolutionner l'effectif, mais je ne vois pas Parra et Lee rajeunir, je ne vois pas la première ligne capable de se hisser (l'an prochain) au niveau de celles des autres équipes du Top 6, je ne vois pas Raka et Penaud devenir les monstres qui doivent traverser le terrain une fois par match, je ne vois pas Yato récupérer son explosivité, je ne vois pas Fofana redevenir le 12 de niveau international qu'il fut etc... Mais je vois aussi l'hypothèse où Gibbes parvient en une intersaison à me faire mentir sur tous les points que j'ai évoqué, c'est très compliqué de reformater un groupe qui va si peu changer mais il en est capable, il a l'expérience et l'aura pour cela, c'est tout le mal que je leur souhaite (surtout à Penaud dont attend avec impatience le déclic au niveau International) !


Stade Français Paris


Dans l'idée d'analyser par le prisme de l'apport d'un effectif au rugby Français, je pense que le Stade Français apporte autant au rugby Français que le Capri-Sun à la qualité des jus de fruit !

Il y a une grosse satisfaction dont je parlerai peu parce qu'il est formé dans le club rival du mien, mais Joris Segonds a été énorme, tout simplement bluffant.

A coté j'attendais fort l'éclosion de deux joueurs, j'ai parlé de Sekou Macalou dans mes "déceptions" donc je ne vais pas m'étendre dessus, en revanche je n'ai pas parlé d'Arthur Coville. En 2018 quand j'ai découvert ce gamin en U20 et sur ses premiers matchs avec le SFP je l'ai imaginé grand, un nouveau Fabien Galthié, j'ai adoré son jeu, ce qu'il dégageait comme leadership etc... Il avait un boulevard pour exploser et franchement je suis déçu mais alors bien déçu, j'imaginais Galthié j'ai eu Tillous Bordes sans protéine, grosse déception là !


Et un peu comme l'ASM je comprends rien à la politique sportive depuis leur titre de 2015, dans la construction de l'effectif, les coachs, le management etc... La différence c'est que l'ASM ça m'embête parce que je voyais des prospects potentiellement intéressants pour le XV de France, j'avoue que dans cette logique là le Stade Français m'intéresse moins.


Conclusion : pas trop optimiste, tu as perdu ton meilleur joueur de la saison avec le départ de Jonathan Danty, additionné à la perte (quoi qu'on en dise c'est une perte) de Gael Fickou, remplacé par Ngani Laumape qui traine autant de talent que de doute sur le sérieux au quotidien. Devant Pablo Matera s'en va, même s'il n'a pas laissé un souvenir impérissable il a joué et n'est pas remplacé. Clément Castets est sans doute une très bonne pioche, mais je suis pas sur que ce soit le joueur qui fasse passer un cap à l'équipe, surtout qu'il arrive gravement blessé !


Section Paloise


Parmi les déceptions de la saison j'ai un peu plus regardé la Section que les autres. Je me suis pas extasié devant leur performances, mais pour le rugby Français il y avait deux postes intéressants à observer, pas directement pour le XV de France parce que ce sont des postes "bouchés" par des tauliers, mais pour d'autres clubs du Top 6 qui chercheraient à passer un cap avec des bons, très bon joueurs de Top 14, soit en titulaire, soit en joker :

  • Talonneur : il y a eu Quentin Lespiaucq, gros prospect au poste mais qui plafonne un peu, tout en restant un joueur performant dans l'élite, il y a maintenant Lucas Rey, plus complet, plus fiable, formé au club et leader/capitaine de la section à 24 ans. Derrière eux il y a Rayne Barka, ultra tonique talon des U20 (génération 2019), que l'on pas ou peu vu chez les pros. Avec le recrutement de Delhommel il va y avoir embouteillage et peut être un coup à faire (Lespiaucq est en fin de contrat)

  • Ouvreur : évidemment Antoine Hastoy, il a porté la Section de trop nombreuses fois cette saison, attaquant naturellement doué et complet, capable de jouer pour lui ou pour les autres, il progresse tous les ans, très fiable face aux perches il a également progressé en défense (son point faible). Appelé pour la tournée, il a débuté le dernier test face à l'Australie, et a prouvé qu'il avait le niveau avec un match très solide. Le jeune Thibault Debaes (19 ans) a montré de belles choses avec la Section et avec les U20 cette saison, un très gros espoir au poste. Du coup je comprends pas l'arrivée de Zack Henry (avec Mike Harris toujours dans l'effectif) , soit c'est une gestion hasardeuse, soit ça prépare un départ anticipé d'Hastoy... Y'a un ou deux clubs qui devraient scruter attentivement un 10 Français, JIFF, complet, fort face aux perches, dispo pendant les plages internationales...


Conclusion : je sais pas trop si la Section peut mieux faire, en plus des joueurs cités ci dessus on attend évidemment l'éclosion de Vincent Pinto qui a montré quelques flashs très intéressants. Il y a 3 départs importants, la deuxième ligne, un bel attelage entre un jeune international Français et un Wallaby confirmé : Pesenti/Philip qui avait plus que tenu la route la saison dernière. Ils sont remplacés par un jeune international Français (Guillaume Ducat) et un australien expérimenté (Steven Cummins), j'ai peur que ce ne soit pas aussi solide que l'an passé. Il y a le départ de Lourens Adriaanse qui sort d'une saison solide, une poutre sur laquelle tu pouvais t'appuyer, le genre de mec de confiance très important dans la lutte pour le maintien. Je ne connais pas son remplaçant (Tokolahi) mais j'ai du mal à imaginer qu'il soit aussi fiable. Au rayon des "plus", Jack Maddocks devrait apporter du talent dans une ligne de 3/4 qui en a besoin.

Je suis dubitatif, il y a des départs important sportivement et des "leaders" de vestiaire qui s'en vont, soit ça tourne du bon coté, ça libère des joueurs et il y a un nouveau cycle qui s'installe, soit ça peut vite devenir une saison galère.


C.A Brive Corrèze


En terme de prospects pour le rugby français, on va pas se mentir c'est maigre coté briviste ! Une fois qu'on aura souligné l'excellente saison d'Enzo Hervé (encore un bon ouvreur Français), on ira pas plus loin.

Et pour cause, le CAB joue sa survie tous les ans, et il le fait bien, mais depuis quelques années il s'est mis dans une logique de post-formation de joueurs étrangers, qui deviendront JIFF et garniront l'effectif pro sans les embêter vis vis du règlement LNR.

C'est pas la stratégie que je préfère, loin de là, mais tant que ça fonctionne on peut considérer qu'ils n'ont pas tort, beaucoup de clubs historiques du rugby français, tombés dans les divisions inférieures adoreraient avoir cette réussite.


Conclusion : à court terme, ils peuvent continuer sur ce modèle là quelques années, mais j'ai un peu peur que la dépendance au recrutement, au détriment de la formation ne devienne problématique dès le premier mercato raté. A suivre sur le long terme


RECENT POSTS
SEARCH BY TAGS
ARCHIVE